Julien Courbet et ses équipes se sont penchés sur le cas désespéré d’un auditeur, victime d’une arnaque au dépannage.

L’arnaque au dépannage, ça peut vous arriver !

L’auditeur victime d’une arnaque raconte avoir été facturé plus de 2000€ pour une simple ouverture de porte avec changement du barillet ! La Celui-ci a même du vider son plan épargne logement pour régler la note ! Maître Novakovitch rappelle alors que la victime est en droit de réclamer au serrurier un remboursement partiel des frais. En effet, cela est possible dans la mesure où il existe une grande disproportion entre la facture et les prix du marché. Toutefois, la victime ne peux pas espérer recouvrir la totalité des frais. En effet, elle n’aurait pas du accepter de signer un devis après exécution des travaux. Cela le prive de fait d’un recours judiciaire.

Julien Courbet demande l’avis du Label Serruriers de France

Comme souvent, l’équipe du Label Serruriers de France a été sollicitée pour apporter un avis d’expert sur ce dossier d’arnaque au dépannage. Julien Courbet a ainsi donné la parole à Bernard Darmon, fondateur du Label, pour expliquer les méthodes douteuses de la société incriminée.

Un cas typique d’arnaque au dépannage

Ce cas était typique d’une arnaque au dépannage. Et la victime a cumulé les erreurs, ce qui l’empêche à présent de se retourner efficacement contre cette société

D’une part, deux dépanneurs ce sont présentés devant la porte, alors qu’ils s’agissait d’une simple porte claquée. Ce seul détail aurait du mettre la puce à l’oreille de la victime ! Et celle-ci n’aurait jamais du accepter l’intervention des dépanneurs. En effet, comme le souligne le Président du Label dans son interview, il y a des cas où deux ouvrier sont nécessaires. C’est essentiellement lorsque l’intervention requiert la pose d’un matériel lourd, telle une porte blindée. En revanche, dans le cas présent, absolument rien ne justifiait d’envoyer deux techniciens pour une simple ouverture de porte ! La raison semble être ailleurs : faire pression sur la victime !

Non respect de la réglementation

Les dépanneurs ont ensuite procédé à la pose immédiate d’une nouvelle serrure. En cela, ils n’ont pas respecté le délai légal de rétractation. En effet, la vente d’un matériel à l’occasion d’un dépannage s’apparente aux yeux de la loi à du démarchage à domicile ! Le client ainsi 14 jours pour se rétracter.

Les escrocs ont ensuite prétexté que le matériel était homologué par les assurances, et que le client serait donc remboursé. C’est une technique bien connue pour inciter le client à payer sur le champ !

Enfin, les dépanneurs ont forcé le client à signer le devis après exécution des travaux, c’est à dire en même temps que la facture ! Là encore, la réglementation n’a pas été respectée. En effet, la loi précise bien que le devis du serrurier doit être impérativement remis avant l’intervention. Et cela dès le premier euro !

Pour toutes ces raisons, ce cas relève donc clairement de l’arnaque au dépannage ! Le client aurait donc pu s’éviter bien des déboires s’il avait pris le temps de chercher sur internet un serrurier de confiance.